Construire une histoire de France

J’ai découvert l' »Histoire mondiale de la France » par un message Facebook signalant qu’un des articles était consacré à Rachi. Et en effet, dans ce livre d’histoire de France dont la construction est ingénieuse, l’article de l’année 1105 s’intitule « Troyes, capitale du Talmud ».

Le principe du livre est simple, il est construit chronologiquement. Chaque chapitre porte comme titre une année choisie parce qu’un événement qui a placé la France au centre du monde a eu lieu. Et c’est vrai, que depuis 1105 le nom de Rachi résonne partout dans le monde, enfin dans les écoles juives, yeshivot et talmudé Torah.

Le plus du livre réside, dans la seconde découverte : à la fin de chaque article une note renvoie à d’autres articles auxquels il est thématiquement lié. Génial pour les lecteurs qui fonctionnent par association d’idées ! Cerise sur le gâteau le fameux article 1105 est relié, entre autres, à l’article 1515 sur l’édit de Villers-Coterêts qui a institué le français en tant que langue officielle. Bon il semblerait que cela soit un peu plus compliqué que ça. Peu importe ce que j’ai adoré c’est un cette liaison ; deux le fonctionnement qui m’a donné l’impression d’un livre dont vous êtes le héros : un livre dont la France est l’héroïne !

J’ai aussi envie de vous parler de ce livre car le 15 février 2019, Jean-Christophe Buisson a chroniqué ce livre dans Le Figaro Magazine sous le titre « L’histoire boucheronnée ». La première phrase est :

Patrick Boucheron est un homme étrange. Lorsqu’il dirige un livre collectif sur l’histoire de France, il ne l’envisage que d’un point de vue mondial. A-national. Dénationalisé.

Non.

Universel ou plutôt centré et avec un angle personnel et contemporain qui lui fait choisir de consacrer pour le XVe siècle un article sur un procès qui n’est pas celui de Jeanne d’Arc mais celui concernant « Un esclave noir à Pamiers ». Ma grand-mère aurait apprécié. C’est oublié que l’article 1420 est intitulé « La France aux Anglais » et explique le Traité de Troyes du 21 mai 1420.

Si vous avez envie de vous perdre dans l’histoire de France et de la comprendre au travers d’événements moins souvent étudiés, c’est le livre qu’il vous faut ! Bonne lecture.

Publicités
Publié dans Actualités et politique, Judaïsme, Livres | Tagué , , , | 1 commentaire

Une déception

Voilà quelques années que je suis administratrice d’un groupe Facebook qui s’appelle Judaïsme et Féminisme.

Le groupe est francophone et il rassemble des hommes et des femmes qui s’intéressent à ce vaste sujet en particulier et qui de manière générale sont réceptifs à des interprétations positives de la halakha : autoriser plutôt qu’interdire et surtout véhiculer le message que tout ce qui n’est pas explicitement interdit est autorisé.

Evidemment, le groupe a rencontré quelques trolls que nous avons exclus. L’une des dernières exclusions m’a touchée pour plusieurs raisons. La première est que je connais ce jeune homme d’une vingtaine d’années. Ensuite, il a fréquenté ma communauté qui rassemble tous les courants et a fait sa notoriété avec un la tolérance, deux l’inclusion plutôt que l’exclusion. Il a souvent commenté les publications en nous accusant souvent d’être plus anti-hommes que féministes et avec des propos essentialistes sur les genres…  Mais je le défendais, il fallait que jeunesse passe. Hélas, récemment, il a dépassé les bornes, une des administratrices l’en a informé puis l’a bloqué et voici sa réponse :

“Tu sais Lucie….il y aurait beaucoup de chose a dire sur le groupe qui se prend pour le tribunal penale internationale, qui a pour cible constante les hommes. Ce groupe n’a pas pour vocation d’aider les femmes mais juste d’emasculer les hommes. Bref, vous etes un produit de la mode, de la betise et de la superficie de la societe d’aujourd’hui. Rien de plus rien de moins. Et comme la mode vous n’aller pas durer tres longtemps… Sans compter que la plupart des membres sont des celibataires ménopausées qui se deguisent en religieuse haredite pour se donne une bonne raison de vouloir plus de liberté. Bref, pour finir, je te souhaite bonne chance.”

Je suis déçue et interrogative.  Comment véhiculer les interprétations modernes du texte ? Comment s’interroger au XXIe siècle sur les interprétations des siècles passées ? Comment convaincre que oui l’interprétation est possible puisque, de fait, les sages n’étaient pas d’accord entre eux et que rien n’est figé ? Pourquoi le discours réactionnaire se répand-t-il si facilement ?

Publié dans Computers and Internet, Judaïsme, Ordinateurs et Internet | Tagué , , | 1 commentaire

Petits mensonges et grosses cachotteries

Youpi tralala ! J’ai terminé un livre qui était dans ma liste de livres à lire depuis au moins juin 2018 ! Et en plus, je l’ai lu en anglais.

Le livre est en question est « Big little lies » de l’Australienne Liane Moriarty. Évidemment, je n’avais pas prévu de l’élire en anglais mais il était indisponible dans ma bibliothèque en français et comme je partais le lendemain en vacances je n’avais pas le temps de le réserver…

Donc en anglais ! Chez Pengoin ! Avec les questions à la fin qui m’ont rappelé la collection Folio junior édition spéciale avec son supplément « Et si tout commençait par la fin » et par lequel il ne faut surtout pas commencer à moins de rechercher des indices.

Donc oui, c’est un bon livre qui fait beaucoup penser à Desperate housewives. Son réside dans sa construction. Il s’agit d’une enquête. À la fin du premier chapitre, nous savons qu’un meurtre a eu lieu lors de la soirée quiz de l’école locale. Le deuxième chapitre se tient six mois avant et ensuite tous les chapitres nous rapprochent de la soirée fatidique et nous apportent des indices pour découvrir qui est mort, qui est le meurtrier et pourquoi. Le lecteur enquêteur avance lentement pour comprendre ce qu’il s’est passé lors de la soirée quiz de la Pirriwee Public School.

Au cœur de l’intrigue trois femmes, leurs enfants, le père de leurs enfants et la question du harcèlement. Que se passe-t-il dans une classe d’enfants de cinq ans quand le jour de la pré-rentrée une des enfants accuse un de ses camarades de l’avoir violentée ? Que se cache-t-il derrière les très beaux cadeaux d’un couple ? Que se cache-t-il derrière une amitié ? Que discernent les enfants ? Que se cache-t-il derrière la réponse « oui, tout va bien » ?

Publié dans Livres | Tagué , , | Laisser un commentaire

Les expo de prestige

Cette année Chaumet rénove la boutique historique de la place Vendôme. La marque s’installe pour un an dans une boutique éphémère 165, boulevard Saint-Germain. C’est l’occasion pour elle de présenter au moins deux expositions. La première s’intitule Brillantes écritures et a lieu jusqu’au 1er Avril 2019. La seconde, pour l’instant, Dess(e)in de nature se tiendra à partir du 19 Avril pendant mes vacances.

C’est donc l’occasion de parler pour la quatrième fois de ces événements créés par les marques de luxe.

Les grandes pièces de l’exposition sont :

  • Trois diadèmes dont deux transformables (les fleurs deviennent des broches) qui répondent au mur des diadèmes des boutiques et qui a été installé au rez-de-chaussée avec des modèles en carton qui sont manipulables / essayables ! Ça peut faire la joie de quelques enfants (petits  ou grands),
  • Un lion à crinière mobile dont les ongles/griffes sont en rubis car il a eu le temps de faire sa pédicure,
  • Les livres de compte avec les noms de Picasso, Blixen, Rostand, Montijo, etc.,
  • Toutes les citations provenant de lettres (Balzac, Mérimée), de critique d’art (Gautier) ou de pièces de théâtre (« Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée » de Musset) qui évoquent Fossin, un des joailliers de la maison avant qu’elle ne soit Chaumet !

Et évidemment, nous sommes guidés tout au long des trois étages et nous repartons avec le catalogue et une nouvelle inédite de Véronique Ovaldé où il est question d’émeraudes, d’une écuyère de cirque et d’un faux prince russe…

Publié dans Actualités et politique, Divertissement, Joaillerie | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Des étiquettes comme de la peinture

En juillet 2015, je vous parlais de Nathan Sawaya qui utilise les Lego comme du marbre. Ma maman m’a trouvé un autre artiste qui détourne un élément commun : celui qui utilise les étiquettes de fruit comme de la peinture. Et pourquoi m’en a-t-elle parlé ?

Les légufrulabélophiles collectionnent les étiquettes de fruits. Comme tous les collectionneurs, ils accumulent, classent, échangent, complètent, discutent, voire se rencontrent comme lors des Légufrufolies de Niort. Et j’en fais partie depuis mon adolescence ! Il y a même des légufrulabélophiles spécialisés dans les étiquettes de bananes (http://www.b-a-m.de ou http://pechp.euweb.cz) !

Dans les supermarchés au rayon fruits et légumes, je repère les étiquettes et les colle sur ma main pour les ramener à la maison et les classer par variétés de fruits. Longtemps, j’en ai garni des Canson ce qui rendait des tableaux très colorés. Maintenant, elles sont dans des répertoires classées par fruit. Je n’ai pas passé le cap de les classer comme les timbres, de les scanner et de proposer des multi-classements !

Des tableaux certes mais qui ne représentent pas une forme voulue, Chaix, lui dispose les étiquettes pour rendre des paysages, des visages de personnes célèbres (pas mes préférés mais c’est impressionnant. C’est le même principe que les plasticiens qui réalisent un portrait à partir de photo) ou des abstractions arc-en-ciel superbes. Il exposait en Octobre 2018 dans le 14e arrondissement de Paris et avait intitulé son exposition « Légufrulabélosophie ».

Est-ce de l’art brut ?

Publié dans Aliments et boissons, Divertissement, Hobbies | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Panthéonisation

Si le XXe siècle est mort le 11 septembre 2001, il a été honoré ce 1er juillet 2018 avec l’hommage solennel de la nation à Simone Veil pour son entrée au Panthéon accompagnée de son mari Antoine.

 

Pour ce qu’elle a accompli malgré tout ce qu’elle a subi, la patrie lui est reconnaissante. Elle a transcendé son statut de victime par des combats de société : les conditions de vie des prisonniers, le droit à l’avortement, le devoir de mémoire, la reconnaissance des Justes et l’Europe et parce qu’elle voulait travailler.

Ce 1er juillet 2018 – 17 Tamouz 5778, rue Soufflot, cela faisait plaisir de nous voir tous unis dans les longs applaudissements et émus dans les silences.

J’y étais parce que mon grand-père a eu des papiers où il s’appelait Luciani et qu’il était né à Bastia et que ma grand-mère a eu des papiers où elle était née à Nouméa, parce que ma grand-mère a été renvoyée de l’école, parce que mes grands-parents ont été protégés à Joyeuse, parce que la devise « unie dans la diversité » contient un avenir heureux en Europe, parce que l’humanité d’une nation se mesure au traitement de ses prisonniers, de ses défavorisés, parce que les enfants désirés construisent un monde meilleur, parce qu’elle a été insultée de la façon la plus odieuse qui soit, parce que son immortalité et son épée me plaisaient déjà et aussi parce que j’aime bien aérer mes drapeaux européen et français !

Publié dans Actualités et politique, Judaïsme | Tagué , , , | 1 commentaire

Le premier symposium

À Pâque 2017, je découvrais l’application FlashInvader, pas les Space invaders que je photographiais déjà, preuve en est sur ce blog dans l’article sur Montpellier (et dire que l’application existait déjà).

Depuis, j’ai chassé et j’ai eu l’occasion de noter des thématiques récurrentes dans l’œuvre de cet artiste, nous en reparlerons prochainement. J’ai surtout découvert que son « fan club » constituait une vraie communauté sur internet. Comme dans toute communauté, il y a les membres très actifs qui organisent. Trois, dont les comptes Instagram sont @virginie.f24, @the_fox_and_the_seashells et @jrds2301, ont pris l’initiative de monter, le samedi 16 juin 2018, le premier symposium. J’y étais !

En avril, la communication est lancée sur Instagram via est s.i.symposium_2018. Elle est, heureusement, relayée sur Facebook par DarthInvader-Space-Invader-hunter et sur Twitter par @yowino qui anime La voix de l’art urbain.

Rendez-vous était donné à partir de 17h30. Le clou du spectacle était annoncé pour 20h avec une photo en forme d’envahisseur de l’espace. Le modèle choisi était PA_1018 pour premier symposium 2018 ! Il fallait y penser. Ce modèle nécessite cent quatre-vingt quatre participants. Le 6 juin, date de publication de la photo, les organisateurs doutaient-ils de la présence d’autres chasseurs ? Nul ne le sait en tout cas ils avaient prévu neuf variantes si nous étions moins nombreux. Le plus petit modèle requérait cent quatre pixels !

Entre 18h et 20h, nous avons pu flasher celui rouge sur fond rouge du Batofar (mieux que Art). Pour votre information, à l’origine il était blanc ! (Et je n’ai pas réussi à le flasher le dimanche, j’y retournerai.) Nous avons rencontré d’autres flasheurs et conversé autour de l’art de rue. J’ai ainsi découvert Nadège Dauvergne et Fafi. Merci à Adrianodeluca et à La Befana. J’ai, aussi, admiré les t-shirts, boucles d’oreille qui plus est en Lego ou Nanoblocks et sacs qui étaient ornés de S.I. et j’ai appris que mes deux tomes de l’Invasion de Paris étaient bel et bien considérés comme des œuvres d’art. Ah au fait, c’est le moment de prendre des paris, j’attends la parution du troisième tome pour le mille cinq-centième space invader ou pour la fin de l’année puisque nous fêtons en 2018 les vingt ans d’invasion et qu’Invader annonçait dans GraffitiArt d’avril-mai 2018 une exposition pour la fin de l’année !

Et donc à 20h, nous sommes passés au sud du pont de Tolbiac où nous attendait tranquillement dessiné au sol un S. I. en carton que nous avons rempli et manifestement nous étions près de deux cents puisque des emplacements ont été ajoutés. Notre SI était couronné.

Nous avons ramené des souvenirs et j’espère que l’année prochaine cela sera un dimanche !

IMG_1032

Voici mes réponses au quizz :

  1. 2014,
  2. Soixante-seize au 19 juin 2018, selon le site officiel,
  3. Katmandou ?
  4. Celui de la place de la Concorde ?
  5. Docteur House dans le 13e arrondissement de Paris ?
  6. Il semblerait que cela soit une demande de réactivation mais c’est aussi quand on flash sans réseau la possibilité de mettre un flash en attente jusqu’à son retour dans une zone avec un réseau !
  7. En vrai, un flasheur n’a besoin que de l’objet sur lequel est installée l’application Flashinvader mais pour être efficace : un plan, des bonnes chaussures et une batterie de rechange !
  8. Chuck Berry, Serge Gainsbourg, William Burroughs de dos, Napoléon, Picasso, La Joconde, les drôles de dames, Docteur House, Princesse Leïa, Mario, Bugs Bunny, Miss Tick et Invader et beaucoup d’autres,
  9. Du vin, de la bière, des bouteilles non identifiées,
  10. Au hasard près de mille ?

Pour la question subsidiaire, je peux suggérer Colombo ou New Delhi, si possible avant le 30 juillet !

Publié dans Divertissement, Hobbies, Jeux, Livres | Tagué , , , , | 1 commentaire