Chroniques théâtrales 2

C’est la loi des séries, je ne m’étais pas rendue au théâtre depuis quelques temps et en un mois, j’ai mené la vie d’un critique (j’exagère à peine). J’ai vu trois pièces qui donnent envie de retourner au théâtre et ce même si leur misogynie est plus ou moins avouée.
 
Début novembre, je me suis rendue au théâtre Edouard VII pour "Faisons un rêve" de Sacha Guitry. Nous étions sept amis dont six filles étonnant car l’auteur n’est pas tendre avec la gente féminine. En scène, Pierre Arditi, Clothilde Courau, Martin Lamotte et un monsieur dont je ne me souviens jamais du nom mais qui jouait précédemment le valet dans "Mon père avait raison" (dans le même théâtre en début d’année). J’étais au premier rang donc la tête en l’air (je me plains mais pas trop quand même) et j’ai profité  des postillons des acteurs (ils ne m’ont pas atteinte quand même) ! La femme est facile.
 
Ensuite, j’ai vu ‘Parle moi d’amour" avec Michel Leeb et Catherine Signol. Un couple rentrant d’une soirée avec les collègues et supérieur de Monsieur, se dispute et comme c’est bien écrit c’est franchement drôle : les passages sur l’art et sur la chirurgie esthétique sont plausibles. La femme est colérique, l’homme de mauvaise foi, égalité !
 
Enfin, j’ai vu "La Mégère apprivoisée". C’était mon premier Shakespeare au théâtre et c’était réjouissant.
Au Français, les comédiens sont toujours excellents, c’est entendu.
Le plus réside dans la mise en scène. Ici, le traitement des costumes était original : les acteurs tous en noir portent une planche avec au recto une pièce du costume qu’ils auraient pu porter (pourpoint, corset) et au verso un miroir. Ces costumes minimalistes permettent aux spectatrices de bénéficier du jeu d’acteur de Loïc Corbery (et de bien plus) qui a le rôle du beau gosse un peu matcho qui doit dompter Cateau.
Le plus étonnant est que le texte du XVIe supporte la modernisation (cela m’avait déjà frappé avec le prologue de Roméo + Juliette de Baz Luhrmann).
Comme pour le Cyrano de 2006, il est indispensable d’arriver à l’heure car les trente premières secondes donnent le tempo.
En effet, (ne pas lire si vous voulez la surprise) juste après l’annonce indiquant au spectateur que ni les films ni les photographies ne sont autorisés, un homme ivre entre dans la salle. Il présente un billet à l’ouvreuse, s’avance vers le troisième rang, découvre sa place occupée, l’ouvreuse lui dit que le billet n’est pas pour le bon jour, il en tend un autre, s’appuie à la scène, l’ouvreuse regarde, précise que c’est un billet usagé. Il en tend un troisième monte sur la scène. L’ouvreuse prévient la sécurité avec son talkie-walkie pendant que l’homme s’effondre sur scène et que le rideau commence à se lever. Ma voisine inquiète "et les acteurs qui vont découvrir un corps sur la scène…" Christopher Sly venait d’entrer en scène.
La femme est soumise.
 
Du coup, j’ai eu envie de lire la pièce ce qui m’a permis d’ouvrir le tome 1 des oeuvres de Shakespeare que j’ai dans ma bibliothèque dans la collection la Pléïade (cadeau de bat-mitsvah). Un scoop : la lecture met en évidence des passages différents de ceux repérés lors d’une représentation.
Cet article a été publié dans Divertissement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s