De l’orthographe (7)

Souvent, nous entendons "c’était
mieux avant" et oui quand les femmes cuisinaient toute la journée des
produits frais, que l’homme mourait à cinquante ans et la femme en
couche, que l’école servait à apprendre les bases de l’orthographe, de
la grammaire et des mathématiques.

Voici deux extraits d’un mail reçu dans le cadre professionnel le 31 décembre :
– "Je vous remercie de m’avoir supporté si longtemps, et que mes coups de gueule ne vous m’enquerons pas trop."
– "Je vous souhaite bonne route pour la suite. et gardez le moral par ses temps difficiles."

Et oui, vous avez bien lu "m’enquerons" et "par ses temps difficiles"

Le plus étonnant est que ce mail émane d’une employée qui avait
trente-deux ans de carrière et partait en retraite. Je suppose donc
qu’elle avait accumulé une certaine expérience et qu’elle avait été à
l’école. Le pire est que cette prose a été relue par un collègue qui
cumule vingt ans d’expérience …

Au delà du néologisme "s’enquérer", je retiens la terminaison en O.N.S
indicatives comme NOUS le savONS de la troisième personne du pluriel !
J’ai appris que cette femme (heureuse grand-mère) était, en fait, un
homme puisque "supporté" s’accorde avec le m apostrophe qui LE désigne !
Peut-être, devons-nous (ses collègues) nous enquérir de ses coups de gueule…
Enfin, il me tarde de découvrir à qui appartiennent "ses temps
difficile" car si je les lui rends, des temps plus faciles arriveront
sûrement !

Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s