Dans le bush australien

Il m’a bien fallu un an pour trouver un rythme et m’habituer à mon nouveau quartier et à ma nouvelle bibliothèque (Landowski).

J’y ai retrouvé du Kenneth Cook (« Le Koala tueur », c’était lui). Dans le même genre, il a écrit « La Vengeance du wombat », un recueil de nouvelles hilarantes sur les animaux du bush australien et les habitants de l’Ouest.

Il n’a pas écrit que des nouvelles comiques mais aussi « Cinq matins de trop ». Les mêmes ingrédients sont présents : kangourous, bière, chaleur, mais la sauce n’est pas la même. Déjà c’est un roman certes court mais roman qu’en même. En plus, assez tôt, le lecteur sent que John Grant, le héros, ne sait pas tirer l’humour de toutes les situations tragiques auxquelles il est confronté.

Le plus étonnant est qu’un film a été tiré de cette histoire d’un instituteur qui perd sa paye au jeu, juste avant ses six semaines de vacances, et tente de gagner Sydney en stop après quelques cuites.

Il est possible de découvrir l’Australie, ses grandes étendues et ses routes désertiques en lisant.

Publicités
Cet article a été publié dans Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s