Superstition et mauvais oeil

Le premier thème choisi par le rabbin pour sa causerie mensuelle auprès des jeunes était « Superstition et mauvais œil dans le judaïsme ». Autant quand il a parlé du don d’organe j’attendais sa bénédiction, j’attendais sa condamnation de la superstition. Ce fut moins tranché.

Après nous avoir fait relever nos manches et lever les deux mains l’une après l’autre le rabbin à dénombrer 70% de fil rouge. Est ce que le fil rouge a une origine juive ?
À priori non même dans la Kabbale ; le Talmud précise qu’on peut combattre le mauvais œil en attachant autour de son poignet un brin d’herbe ! Dans la Tora, un fil rouge est bien mentionné mais pour reconnaître les prémices. Quant à Rachi, il écrit « je vois certains juifs autour de moi qui ont un fil rouge autour du poignet pour se protéger du mauvais œil. Ce fil rouge n’a rien à voir avec le judaïsme. C’est une habitude des peuples de Canaan avant l’arrivée des juifs. » A défaut d’être juif, c’est donc vieux ! Pour les commentateurs le fil rouge a une utilité s’il sert de pense-bête à la présence de D.

Ceci dit, dans plusieurs commentaires, l’influence du regard de l’autre est présente :

  • Quand Agar devient orgueilleuse, Sarah et Abraham la renvoient. Elle rencontre, dans le désert, un ange qui lui demande de retourner chez ses maîtres en lui précisant « sache que tu es enceinte et retournes y ». Les commentateurs disent que Sarah avait porté le mauvais œil et qu’Agar a perdu son enfant mais que, miracle, l’enfant est revenu à la vie.
  • Après la ligature d’Isaac, Abraham rentre seul. Il demande à son fil de s’éloigner pour que personne ne voie « le sacrifice » vivant. Il a très peur du mauvais œil.
  • Jacob demande à ses enfants tous très forts et très beaux d’entrer en Égypte par des frontières différentes car il a eu peur du mauvais œil.
  • Les premières tables de la loi ont été brisées car données avec « son et lumière ». La bénédiction s’attache à ce qui est discret. Il doit être possible de ne pas faire étalage de ses biens.
  • Enfin dans les prières du matin, les juifs demandent à être préservés, entres autres, du mauvais œil.

Le regard n’est jamais neutre. Ce qui sort par mon regard c’est le mal tout au moins une partie négative l’envie, la jalousie. Le regard évoque un sentiment.

Les liens entre D. et les hommes sont évoqués dans ses treize attributs. D. est longanime ainsi l’homme n’est pas puni immédiatement de son mauvais comportement et ne se corriger immédiatement.
A chaque fois qu’il y a transgression l’homme crée une force négative présente auprès de D. Inversement, en cas de bon comportement l’homme crée une force positive. Ainsi, D. est entouré de forces accusatrices ou défensives. Quand un regard est jeté sur autrui, ce regard monte auprès de D. et réveille ces forces. Si les forces négatives sont majoritaires, alors une « punition » peut frapper… Il peut, aussi, décider, de faire taire les anges. Enfin, l’homme peut faire techouva et éliminer ses démons.

Hayin c’est aussi une source. Donc pour éloigner le mauvais œil, il faut remonter à la source, remercier D. pour nos possessions et se souvenir que nous en sommes dépositaires, et non maître, pour un temps plus ou moins long.

Il est même possible de « se porter la poisse » en se regardant. Il ne faut pas se juger soi-même et surtout ne pas invoquer la justice divine. Yohanan Ben Zakai très beau, se postait à la sortie du mikve car les femmes doivent retrouver les maris avec une belle image . Un de ses amis l’aurait questionné  :  » Tu n’as pas peur du mauvais œil ?

– Non car je suis descendant de Joseph, protégé. » Il était conscient de sa provenance, de son appartenance au peuple juif. Et que sa beauté provenait de D.

Enfin, sur la question des porte-bonheur, des pèlerinages, ou des épreuves personnelles (comme se baigner dans un mikvé glacé), le rabbin continue sur sa lancée : il faut donner du sens. Ces actes ou objets ne servent qu’à se rappeler de Son existence. L’homme a besoin de matérialiser. Il faut donc à la fois l’aider et lui imposer des limites.

Cet article, publié dans Judaïsme, Santé et bien-être, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.