L’êtes-vous ?

Après avoir été prolongée en mars, la pièce de Jean-Claude Grumberg « L’Etre ou pas » est rejouée en ce moment au théâtre Antoine. Je vous la recommande chaudement.

A l’origine, elle s’appelait « Pour en finir avec la question juive », ce qui était présomptueux mais accrocheur. Puis, les événements de janvier 2015 sont advenus et la pièce a été rebaptisée. Il n’empêche c’est sous le titre original que vous trouvez le texte aux éditions Actes Sud. Pourquoi faut-il la voir ?

C’est une pièce vraiment drôle et vraiment, trop, courte.

Elle résonne chez les juifs car du moment où la judaïté est affirmée des sujets de conversations s’imposent (ou s’évitent) par exemple à la cantine avec ses collègues. Les situations proposées dans la pièce pourraient vraiment arriver dans la cage d’escalier mais surtout au bureau à la pause café ou pendant le déjeuner ou avec des amis non juifs. Le texte dégage une impression de facilité et certaines répliques sont à retenir pour savoir comment se comporter face à des attaques. Bref, c’est une leçon de savoir-vivre*.

Chez tous les autres, j’aimerais qu’elle réveille leur conscience des mots et en particulier qu’elle leur révèle qu’il y a une différence entre nationalité et religion. Ah comme j’ai aimé « Je suis juif et français ou français et juif peu importe comme vous vous êtes catholique et français ou français et catholique »… Non, tous les juifs ne sont pas israéliens et encore moins pro gouvernement israélien donc dire à un Français juif : « Je sais ce que vous faites aux palestiniens » n’a pas beaucoup de sens.
En revanche, un juif a souvent une opinion sur Israël, ses habitants, ses restaurants, son économie et son gouvernement.

Enfin, la pièce aborde la notion de peuple qui fait qu’un juif peut se revendiquer juif tout en mangeant du porc. Et oui, cela complique tout.

J’espère juste qu’elle n’est pas vue que par des spectateurs qui le sont ! Si vous avez envie d’apprendre comment les juifs sont les Bretons de l’Est, je vous conseille la pièce. Il parait que cette blague est connue mais elle avait échappé à mon répertoire.

*Pièce de Jean-Claude Grumberg, mettant en scène seul en scène Pierre Arditi, avec le pitch le plus génial du monde : « Un noir c’est facile, mais un juif, comment le reconnaître dans un dîner en ville ? ». Je l’avais vue au Théâtre du Rond-Point, j’avais adoré cet humour très noir, d’autres avaient détesté. Le texte est disponible au Seuil dans la collection La librairie du XXIe siècle.

Cet article, publié dans Divertissement, Judaïsme, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s