Comment j’ai changé d’emploi grâce à Linkedin

Le 20 avril 2016, j’ai fêté ma première année dans mon nouveau job et pourtant au tout début de l’année 2015 je ne souhaitais pas vraiment changer. L’idée était dans l’air. En 2014, j’avais été contactée par le cabinet Robert Walters pour un poste de « Chef de projet qualité », ce qui avait été excellent pour mon ego. A l’issue de l’entretien téléphonique, nous avions convenu d’un entretien via Skype qui s’était conclu par le fait que je devais renvoyer mon CV à la dernière mode (oui, il y a des modes.) Mon CV de 2009, que j’appréciais beaucoup et que j’avais fait relire par tout ce que mon carnet d’adresses comptait de connaissances dans les ressources humaines, est devenu celui de 2014. Le client du cabinet a trouvé en interne et je n’ai pas changé.  Ceci dit, j’étais prête à dégainer mon nouveau CV mais pas hyper active. J’étais abonnée à une alerte Linkedin et je m’étonnais parfois des offres retenues par leur algorithme pour moi (utilisation du mot « audit »).

Bref, le 1e janvier quand mon frère m’a demandé si je comptais changer j’ai répondu non, tout va bien.

Le 5 janvier, je répondais à deux annonces que Linkedin m’avait suggérées et qui pour une fois me paraissait correspondre.
Le 20 janvier je les relisais et je m’apercevais que l’une ne me correspondait pas tout à fait mais que la seconde en revanche m’intéressait toujours et correspondait au poste pour lequel j’avais été contactée quelques mois auparavant sauf qu’il s’intitulait « Responsable qualité projet ». J’ai donc relancé en contactant la personne mentionnée comme « auteur de l’annonce ». J’ai appelé le standard de l’entreprise qui m’a passé mon contact sans difficulté. J’apprenais que le poste était toujours ouvert et que les entretiens avaient commencé. Je réussissais à remettre mon CV en haut de la pile et mon contact me promettait que si cela correspondait le Chargé de recrutement me téléphonerait.

Une demi-heure après, mon téléphone sonnait. Après une conversation, efficace : je décrochais pour le surlendemain un entretien avec les ressources humaines et puis tout c’est enchaîné, le suivant avec le supérieur hiérarchique et puis deux autres avec des collègues avec lesquels je serais amenée à travailler. Le 20 avril, je commençai mon nouveau job. Quand ça veut, ça veut… Je pense qu’en même que lire toutes les offres reçues permet de s’imprégner de tout un vocabulaire qui quand il sera utilisé judicieusement/automatiquement sera du meilleur effet.

C´est le 10 juin que je suis entrée dans une nouvelle phase puisqu’un nouveau collègue à demander à entrer en relation avec moi sur Linkedin. Pendant le préavis, les contacts sur les réseaux sociaux professionnels se nouent avec celles et ceux qui deviendront des anciens collègues.

Fin juillet, je validais ma période d’essai très contente (parce qu’initialement elle devait se terminer le 19 août et comme en plus je prenais trois semaines de vacances pendant ma période d’essai j’avais calculé une validation mi-septembre) et j’actualisais mon profil Linkedin qui continue de m’envoyer des annonces régulièrement.

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s