Avoir de nouveaux yeux

“Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.”

Cette citation de Marcel Proust est celle que le Taj Mahal palace de Bombay a choisi pour figurer en anglais sur ses marque-pages.

"The real voyage of discovery consists not in seeking new landscapes but in having new eyes" Marcel Proust

« The real voyage of discovery consists not in seeking new landscapes but in having new eyes » Marcel Proust

Elle est parfaite pour illustrer mon troisième voyage en Inde en trois ans ! C’est vrai en séjournant plus longtemps, en ne voyageant plus en groupe mais avec une amie, en changeant d’hôtels, j’ai eu l’impression de visiter un autre pays alors même que les villes choisies étaient celles qu’a priori je « connaissais », où j’avais déjà séjourné.

Et puis d’abord quand puis-je estimer connaître un pays, quand je commence à aller au cinéma voir Kabali par exemple et remarquer ensuite toutes les affiches. Ceci dit c’était un bon choix, le film à voir en Inde du Sud en août 2016.

Assister à une séance de cinéma en Inde est un spectacle en soi : arrivée à 20h, sortie à 2h du matin. Comme en France, le film est précédé de pub et de bandes-annonces. Les publicités possèdent leur visa d’exploitation et un logo, en bas à gauche, rappelle que boire et fumer sont dangereux pour la santé. Le fait de tuer n’est pas signalé !

Est-ce quand je m’intéresse aux détails de certains temples ? Que je remarque les traces de polychromie ?

En 2014 et 2015, j’avais commencé par deux semaines d’engagement caritatif puis j’avais prolongé par une semaine de visite. Cette année ce fut l’inverse ! Donc, j’ai fini à Pondichéry après avoir séjourné cinq jours à Mumbaï et deux à Chennaï. Du coup, Pondichéry, avec ses vaches en liberté, sa poussière et ses champs de noix de coco, les marais dès la sortie de la ville, apparaît vraiment comme un village de province tourné vers le tourisme.

Ensuite, à Mumbaï, j’ai logé au Taj Mahal Palace, principales différences avec le Vivanta by Taj : la taille de la salle de bain, le journal distribué n’est plus le DNA mais le Times of India, déjà évoqué le marque-page glissé dans l’ouvrage que vous avez laissé ouvert sur votre table de nuit et le fait que le cordon de vos appareils électriques est replié si le service de nettoyage juge que cela fait trop long, le passage du service deux fois par jour et la fourniture de votre essuie-lunettes. La dernière caractéristique est que chaque chambre est doublée d’une petite porte dans laquelle se cache un « surveillant ».

A Chennai, j’ai dormi deux nuits à l’Ibis, bien situé et parfait pour se rendre compte de la complexité du pays en terme économique mais aussi religieux. Le syncrétisme est de mise.

Est-ce quand je commence à faire mes courses au supermarché ? Les rayons ne sont pas les mêmes qu’en France : de l’encens, du ghee.

D’un autre côté, j’ai aussi vérifier que j’avais coché toutes les attractions touristiques : la porte de l’Inde sous toutes les coutures dont sa vision à partir de la salle du petit-déjeuner du Taj Mahal, les dabbawallah, le marché, la foule. Je suis même retournée sur certaines pour être sûre.

20160727_094220

Est-ce quand des amis vous invitent chez eux et que je mange en tailleur par terre avant les hôtes (le réveil avec les courbatures est en option), que je m’habitue aux coupures d’électricité (voire que j’attends la coupure journalière) ?

C’est à Pondichéry que le changement s’est révélé le plus frappant puisqu’au lieu d’être en « banlieue », l’hôtel 2016 était au centre ville et il la dominait ce qui a permis de se rendre compte que le dôme d’Auroville était visible du toit de l’hôtel, qu’il existait une vie nocturne et qu’il y avait des auto-écoles en Inde.

Comme dans les cars dans lesquels il y a des ladies seats, dans les trains certains  wagons sont réservés pour les femmes mais aussi pour les personnes handicapées ou celles atteintes d’un cancer ou celles enceintes.

Est-ce quand je remarque les vendeurs dans la rue ou sur la plage ou les manifestations ?

Les années précédentes, j’étais revenue en me disant qu’il me manquait des photos, cette année j’ai même celle des poignets d’une femme avec sa collection de bangles, celle du litchi vendu en pot sans sa peau, un portrait d’un adorateur de Vishnou !

Ou est-ce tout simplement quand en revenant je me dis l’année prochaine, je change. C’est pour mieux revenir, plus tard. Le Cachemire, le Taj Mahal, Jodhpur (et toutes les villes en pur), Hampi, etc. restent des no-Jojo lands.

Et vous pour les vacances vous changez la destination ou votre regard ? Cette phrase fonctionne aussi avec les restaurants que vous fréquentez, les plats que vous choisissez, toujours les mêmes ou ouverts à la découverte.

Cet article, publié dans Tourisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s