Les expo de prestige

Cette année Boucheron fête ses cent soixante ans. Et c’est pour la maison du 26, place Vendôme, l’occasion d’organiser ce que j’appelle une exposition de prestige. Rappelez-vous Van Cleef, Dior, Louis Vuitton et Chanel.

« Vendôrama » est donc organisée à la Monnaie de Paris. Et c’est encore une occasion de rêver ! Nous retrouvons les créations phares de la maison : bague Quatre et montre Reflet mais surtout des créations d’exception qui brillent de mille feux et en colorama ! En premier, voici le collier Baïkal aux deux mille perles de la collection Haute Joaillerie Hiver Impérial (avec quatre majuscules) de 2016 qui a nécessité deux mille cinq cents heures de travail. Ce modèle dont le fermoir évoque un corset rappelle les liens que Boucheron voyait entre joaillerie et couture, hautes dans les deux cas. Il est à l’opposé du modèle en point d’interrogation visible plus bas qui libère la femme puisque sans fermoir.

En deuxième, voici la cape de lumière !

 

En troisième position, les perroquets, mes préférés !

 

Figurent aussi les dessins qui ont servi à la plus fabuleuse commande de tous les temps de la place Vendôme et dont il ne reste aucune trace : celle passée par le Maharadja de Patiala en 1928 et qui comptait sept mille cinq cent soixante-et-onze diamants et mille quatre cent trente-deux émeraudes que le personnage avait emmenés dans ses bagages !

Pour accéder à la structure temporaire qui héberge l’exposition, il faut franchir une porte cochère qui a été décorée avec les graffitis les plus chics et les plus brillants !

Nous visitons la bibliothèque et les ateliers accompagnés d’acteurs qui « créent » pour nous visiteurs-clients le collier queue de paon en point d’interrogation, de la gouache au collier avec des vidéos nous permettant de nous transformer en polisseur, sertisseur ou lapidaire.

  

Nous quittons l’exposition sans parure mais avec un petit livret qui prolongera le rêve.

Du coup, j’en profite pour rattraper mon retard et vous parler de l’exposition d’Hermès qui avait lieu en fin d’année 2017 dans la galerie du Grand palais. « Hermès à tire d’ailes » mettait à l’honneur Leïla Menchari « responsable du comité des couleurs », si un titre me fait rêver c’est bien celui-ci, qui fut aussi la « grande ordonnatrice de 1978 à 2013 des vitrines Hermès du 24, faubourg Saint Honoré » ! L’exposition a recrée des vitrines avec des pièces exceptionnelles et des masques à la Arcimboldo, des chevaux, dont un accroché au plafond ! et des selles. Tout pour me plaire !

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, Mode, Tourisme, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s